Article paru dans l’édition du Magazine Aéroportuaire 360° Marseille N°8 Février 2017.

­­­Enrichi par la revente de sa start-up Mioywa en 2011, Pascal Lorne a décidé d’investir tout son patrimoine dans une holding dédiée à l’économie sociale. Dernier projet en date : la plate-forme Gojob créée à Aix-en-Provence, qui se veut le BlaBlaCar de l’emploi !

J’ai toujours eu une graine d’entrepreneur au fond de moi», reconnaît-il lui-même.

A 44 ans, cet aixois, titulaire d’un MBA ainsi que d’un diplôme d’ingénieur, a en effet déjà derrière lui un beau palmarès de création de sociétés et de start-ups. Dès sa sortie d’école au milieu des années 1990, il crée une petite société de conseil dans le domaine des cosmétiques alors qu’il effectue un service volon­taire en entreprise (VSNE) au Brésil, dans la nouvelle filiale de Renault. De retour en France, il entre dès 1998 dans l’écosys­tème des start-ups et participe au démarrage de la e-économie. En co-fondant lsmap. précurseur de la cartographie sur le web rapi­dement cédée à Nokia, puis en 2003 Miyowa, pionnière sur le marché naissant des applications mobiles de messagerie. Huit ans plus tard, la start-up est valorisée 60 millions de dollars lors de sa revente au groupe américain Synchronoss. Jackpot.

Mais plutôt que de se contenter de faire fructifier son pécule dans des placements financiers, Pascal Lorne a choisi de lui donner une dimension éthique en créant une holding, Impacton, qui porte ses investissements dans le domaine social. Question de philosophie de vie et d’éducation pour ce quadragénaire décontracté, élevé dans une famille bourgeoise mais très impliquée dans Faction sociale et le partage.

Après la revente de Miyowa, pendant deux ans j’ai mené divers projets avec plus ou moins de succès, sans me donner à fond mais en réfléchissant. J’ai alors rencontré beaucoup de monde, (pie ce soit dans le domaine des start- ups ou dans celui de l’économie solidaire. lit doucement est venue à moi l’envie d’entreprendre dans une nouvelle dimension, avec l’envie de faire bouger l’économie. Avec ce qu’on appelle en anglais un ‘social impact’, c’est-à-dire un impact sociétal fort», explique-t-il.

Afin d’intervenir en direction de cette économie collaborative qui a l’ambition politique, au sens premier du mot, de réinventer le contrat social. En septembre 2015, avec l’appui de fonds d’entrepreneurs et le soutien de business angels comme Pierre Kosciusko-Morizet (fondateur de PriceMinister) ou Frédéric Mazzella (BlaBlaCar), il crée Gojob, une plateforme d’emploi qui repense le marché du recru­tement en privilégiant la volonté de travailler, la disponibilité et la compétence grâce à un système de notations, plutôt que le tradi­tionnel CV.

Les gens qui dans leurs précédentes missions ont été appréciés apparaissent en tète des propositions faites aux employeurs selon leur recherche. Cela gomme l’effet discriminant des CV, permet aux ‘Gojobeurs’ de voir où ils se situent dans les classements et donc de travailler sur leurs points faibles. On propose un tableau de bord qui offre un fléchage. C’est un peu une manière d’indiquer un bout de chemin à faire pour ceux qui cherchent un travail. Du côté des entreprises, c’est notre plateforme qui fait les contrats et paye les salaires. C’est souple et rassurant pour elles et cela fions permet de leur proposer des candidats dont selon nous, la volonté compen­sera le manque d’expérience exigée», explique l’entrepreneur solidaire.

Un système inspiré de la réussite de BlaBlacar et qui casse les codes avec succès, puisque Gojob a atteint en 2016 les 9000 inscrits, permettant de remettre 400 personnes au travail dans la région d’Aix-Marseille mais aussi dans toute la France.

Pour 20 11, nous visons 100 000 inscrits et 5 à 10000 personnes embauchées, assure Pascal Lomé.

Ambi­tieux, mais déjà des entreprises comme I.a Poste,Vinci, la Caisse d’Epargne travaillent avec Gojob. Alors pourquoi pas?

gojob.com

Catégories : Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Blog

Sortie du livre « Social Calling », signé par Emilie Vidaud

Presque la moitié des Français estiment passer à côté de leur vie et 39 % rêvent de tout plaquer parce qu’ils ne sentent pas à leur place. Et si demain on pouvait tous avoir un Lire la suite…

Presse

Le Hub by BPI France : « Les 6 tendances sectorielles du capital-risque à suivre en France »

Lire l’article original sur www.bpifrance-lehub.fr Hier le eCommerce, aujourd’hui la mobilité, demain l’intelligence artificielle. Le marché du capital-risque répond à des tendances d’investissement et les entrepreneurs aimeraient tous « surfer » sur ces fameux « Lire la suite…

Presse

Europe 1 : « Être utile plutôt qu’avoir un gros salaire : une nouvelle génération d’entrepreneurs »

Ce 02/11/2017, on a parlé de Gojob dans l’émission « Circuits courts » sur la radio Europe 1. Circuits courts est une émission engagée, animée par Anne Le Gall et François Geffrier, qui s’intéresse aux solutions plus Lire la suite…